Des billets de BIF 100

Français

Bujumbura, 10 février 2017

Comme annoncé précédemment, la Banque vient d’acquérir un stock de billet de 100 francs Burundi pour remplacer les billets impropres qui sont en circulation. Aussi, la BRB continue à réfléchir sur les modalités de remplacement de ce billet par une pièce qui est plus durable comme annoncé précédemment.

La BRB rappelle au public que les pièces en circulation sont de 1, 5, 10 et 50 francs. Les billets sont celui de 100 qui sera ultérieurement remplacé par une pièce, les billets de 500, 1.000, 2.000,  5.000 et  10.000 mis en circulation depuis 2015. Tous ces billets et pièces ont un pouvoir libératoire et cours légal sur le territoire burundais. Nul ne peut refuser l’un ou l’autre de ces moyens de paiement.

La BRB instruit les banques, la Régie Nationale des Postes et les institutions de microfinance de faciliter l’échange des billets usagés et de veiller systématiquement à ne pas servir à leurs clients des billets déchirés, sales ou dont les signes caractéristiques ne sont plus lisibles ou visibles, que ce soit des billets de  100, 500, 1.000, 2.000, 5.000 ou 10.000.

La Banque invite aussi le public à être vigilant pour se prévenir de la fausse monnaie en observant bien les signes des billets. En effet, outre les signes traditionnels (l’écusson du Burundi, les signatures des Gouverneurs de la BRB et le numéro du billet), on retrouve les billets de 500, 1.000, 2.000, 5.000 et 10.000 les principales sécurités ci-après:

  • un fil de sécurité métallique à fenêtres, avec des têtes de génisse et les lettres « BRB » ;
  • une sécurité avec un effet progressif de changement de couleurs quand le billet est incliné (se trouvant vers l’extrémité droite du recto du billet);
  • un signe pour malvoyants fait d’une zone tactile facilement reconnaissable depuis les deux faces du billet ;
  • un filigrane visible à la lumière et représentant l’un des deux héros nationaux (soit le Prince Louis Rwagasore, soit le Président Melchior Ndadaye) ;
  • une image de poisson qui apparaît par transparence, visible sur les deux faces du billet.
  • Toutefois, le billet de 1.000 est dépourvu d’une sécurité à effet progressif de changement de couleurs et porte un fil noyé.

Au-delà de ces sécurités, chaque billet se caractérise au recto par le drapeau national et un animal particulier, ainsi qu’au verso par le logo de la BRB et la carte du Burundi qui renferme une image symbolisant une activité économique des Burundais.

S’agissant du billet de 100, la principale caractéristique visible est le fil noyé.

La BRB invite le public à prendre soin de ces billets et à bien les conserver en évitant de les plier plus de deux fois, de les froisser et de les mouiller  car leur fabrication coûte cher à la Banque et au Pays. En effet, plus les billets s’usent rapidement, plus la Banque est contrainte d’en importer de l’étranger à des coûts importants. Cela occasionne un budget énorme qui pourrait être alloué à l’exécution d’autres projets de développement profitables à l’économie burundaise en général et aux burundais en particulier.

De même, le public est invité à rapporter à la BRB et/ou à la Police tout cas de soupçon de contrefaçon ou de manipulation illégale des billets et pièces de monnaie.

La Banque continuera à veiller et moderniser la circulation de la monnaie notamment en régulant, prochainement, les transferts téléphoniques d’argent.