L’interopérabilité et l’interbancarité des systèmes monétiques et de paiement, bientôt une réalité au Burundi

Français

Avec l’appui technique de la Banque de la République du  Burundi,  il vient d’être créé la  société burundaise de monétique: BI-SWITCH. Elle a tenu son Assemblée Générale Constituante ce vendredi 14/12/2018. Au cours de cette réunion, les actionnaires, constitués par la Banque Centrale, les banques commerciales opérant au Burundi ainsi que la Poste, constitué son capital social chiffré à quatre milliards de francs Burundi. Ils ont aussi désigné cinq des sept administrateurs. Les deux restants seront recrutés sur base de leurs compétences.  

Chargée de faciliter l’interopérabilité des systèmes de paiement par cartes ou par tout autre moyen de paiement électronique ou téléphonique au Burundi, en intégrant les paiements et transferts d’argent par téléphonie mobile, BI-SWITCH aura aussi pour tâche d’assurer l’interbancarité des transactions effectuées sur le territoire national à travers les terminaux de paiement électroniques (TPE:1000 sont en voie d’acquisition) mais aussi via n’importe quel DAB/GAB d’un participant national.

Longue haleine

La création de cette Société de droit privé est un des résultats du projet de Modernisation des systèmes de paiement (MSP) initié par la BRB à la suite d’une mission conjointe effectuée par une équipe de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International en février 2009 dans le cadre du Programme d’Evaluation du Secteur Financier du Burundi (Financial Sector Assessment Program-FSAP en anglais). C’est à partir des constats de cette mission qu’il avait été recommandé à la BRB de mettre rapidement en œuvre des actions prioritaires dont :

  • le développement d’une infrastructure technique moderne pour le support des applications des systèmes de paiement et de règlement ;
  • la mise en place d’un système de compensation automatisé de paiements de détails (Automated Clearing House : ACH);
  • La mise en place d’un système de paiement par cartes;
  • Le développement d’un système de paiement et de règlement en temps réel –ou Real Time Gross Settlement (RTGS).

Le Projet de Modernisation des Systèmes de Paiement (MSP) a alors été mis en place en janvier 2010 avec l’appui de la Banque Mondiale par l’intermédiaire du PSD et comportait trois (3) composantes à savoir: (1) la Composante ACH-Automated Clearing House ou Chambre de Compensation automatisée; (2) la Composante RTGS ou Système de Paiement et de Règlement en temps réel (3) la Composante Système Monétique.

Grâce à la modernisation des systèmes de paiements en cours, il est attendu une forte croissance des services de paiement et de transfert instantanés des paiements, notamment par téléphonie mobile, une interconnexion des systèmes de paiement du Burundi à ceux  de la région (celui de la Communauté Est Africaine: EAPS et celui du COMESA:REPSS) et enfin à ceux du monde entier via les réseaux de paiement internationaux (VISA, MasterCard, Union Pay,…).

En matière de développement du réseau monétique, ladite société vise un marché constitué d’une population adulte de estimée à 6 031 440 en 2018 dont seulement 1 094 265 détiennent des comptes actifs au sein du système financier. Elle compte démarrer ses activités au mois de mai 2019.