La BRB et les assurances ensemble pour des statistiques complètes et plus fiables

Français

De par ses statuts, la Banque de la République du Burundi a pour mission fondamentale de  définir  et de mettre en place la politique monétaire et de change. Elle joue  également le rôle de conseiller général du Gouvernement en matière de développement économique et de gestion de politique monétaire. Pour bien accomplir cette mission, la BRB traite les informations qu’elle reçoit des partenaires (les praticiens du secteur financier notamment) et sur cette base, elle produit plusieurs documents qui aident les différents décideurs à prendre des décisions motivées et objectives.

Cependant, malgré l’importance des compagnies d’assurance (treize au Burundi) dans l’économie nationale, certaines données ne sont pas disponibles, elles sont lacunaires, parfois biaisées ou inexploitables.

C’est ainsi que la BRB a organisé un atelier de sensibilisation de ces compagnies sur la production régulières des statistiques en qualité et en quantité adéquate.

Dans son mot d’ouverture, M. Prosper Ngendanganya, qui a ouvert l’atelier au nom de la Direction de la Banque, a précisé que « pour la BRB, il importe de mettre à la disposition des décideurs, dans des délais de plus en plus rapprochés, des informations pertinentes et fiables. Ils doivent également produire des données monétaires et financières de plus en plus détaillées, permettant aux régulateurs de la vie économique de fonder et d'ajuster leur action ».

Du point de vue de la stabilité financière, la BRB a, dans ses analyses, besoin de s’assurer que les activités des assurances ne peuvent pas être source, canal ou victime d'un risque systémique au sein du système financier.

Les représentants des compagnies d’assurances à cet atelier se sont réjouis de ces initiatives et ont souhaité que l’agence de régulation et de contrôle des assurances (ARCA) de les accompagner pour améliorer progressivement la qualité des données transmises.

Notez qu’en 2015, les compagnies d'assurance détenaient des actions évaluées autour de 400 millions dans le capital des banques commerciales locales.